J’interroge

La Bergère du silence ou comment ” forcer les cages de l’oubli”! :Lecture du recueil de la poétesse marocaine Khadija El Hamrani par : Hassan Oumouloud – Agadir –Maroc

La poésie a toujours été l’instrument d’exaltation, de consolation, d’éducation, et de recherche d’un sens à soi et au monde. Une véritable voie d’entretien avec le monde .Or, chez certains poètes, cet usage de la poésie laisse place à un autre dans lequel les vers parlent d’eux-mêmes. Ils font le tour du monde et reviennent s’entretenir. Citons par exemple Du ... Lire la suite »

Les archives des commentaires poétiques de Mohamed Salah Ben Amor :5 – Les poèmes de Philippe Correc :5-11 : Envie de liberté

  Plage Vide Image Avide Jeu d’amour Sans détour De Sensations Et de passion Un oiseau survole Les herbes qui volent Deux personnes s’avancent Entrent dans la séquence Gravent leurs pas sur le sable Éphémères et effaçables Par les vagues qui déferlent Léchant ces petites perles Grains usés par le temps Par la mer et le vent Deux enfants se ... Lire la suite »

Les archives des commentaires poétiques de Mohamed Salah Ben Amor :13 – Les poèmes de Karmanda Maghi:13 -2 : Réminiscences

  Je suis tapie aux secrets de la chambre, Je suis l’ombre,  Je suis murmure Je suis silence Je suis réminiscences. Les murs témoins muets D’audacieuses caresses, Celles qui revêtaient Vos corps et vos paresses. Les draps froissés, humides  De toutes vos hardiesses Se souviennent encore, encore, encore… Ils me parlent de nous Ils me parlent de vous De vos ... Lire la suite »

Les archives des commentaires poétiques de Mohamed Salah Ben Amor :4-Les poèmes de Calli Mondésir :4 -15 :Serment d’un cœur épris d’une étoile

                            A LUCE CASSANDRE CHRISTOLIN (MA CASSOUMIAMOR   Ö  mon étoile dans les parages du ciel Je te vois resplendir Et les astres se prosternent devant ta vénusté Le feu de tes yeux s’affale sur ma terre Comme quand face au panache  De la nature renaissante Les nuées ... Lire la suite »

Les archives des commentaires poétiques de Mohamed Salah Ben Amor :11- Les poèmes de Monique-Marie Ihry :11-6 : Au chant des vagues

  Viens et prends cette main, allons au chant des vagues Célébrer notre amour, libérons-nous du temps. Ensemble et dévêtus profitons de l’instant, Jetons-nous dans la mer, allons au creux des vagues. Allons chanter la vie et berçons notre amour Sur l’onde de flots blonds dans l’horizon d’un rêve Abreuvons-nous du soir, buvons à notre sève Enivrons-nous avant que s’achève ... Lire la suite »

Les archives des commentaires poétiques de Mohamed Salah Ben Amor :12 -Les poèmes de Fatima Maaouia:12 -3 : Aladin me hante

  Aladin n’a plus de lampe à la main Sûr et certain Qu’en prélevant sa rente, Du plafond aux plinthes La souillure Des hydrocarbures A fragmenté sous la soupente Sa nature Rigolote et conciliante Pauvre gamin… Aladin N’a plus de lampe à la main On lampe à deux mains  Son matin Sûr et certain, Je vous dis ! Depuis qu’Aladin ... Lire la suite »

Les archives des commentaires poétiques de Mohamed Salah Ben Amor :9 – Les poèmes de Mohammed El Qoch :9 -9 : Bouffée d’air…!

  Le vent retrousse ses manches  Et nous fouette, passionnément, Nous entendîmes le chant des hommes Eparpiller nos rêves Nous nous sommes mis à courir Comme des bambins Chaque écume blanchâtre frémit Bouffée d’air…! Nous étions seuls , sans quête, Les mouettes à l’affût, nous filent, Volent au dessus de nous Comme des sentinelles…   A travers ce poème assez court ... Lire la suite »

Les archives des commentaires poétiques de Mohamed Salah Ben Amor :10- Les poèmes de Monika Del rio:10-7 : Le départ

  Elle ne veut plus partir. Elle est chez elle Sur cette terre aride Parmi les vautours. Elle se sent si bien,  assourdie Par les bruits des tambours Qui remplacent Les battements de son cœur. Mais elle n’est pas seule… Des ombres fourbes S’approchent déjà. Elle tourne alors Son long cou de girafe noire Pour ne pas voir Des regards ... Lire la suite »

Les archives des commentaires poétiques de Mohamed Salah Ben Amor :11- Les poèmes de Monique-Marie Ihry :11-5 : Trêve

  Le cygne fendait l’eau, majestueux et beau Dans le crépuscule s’éveillaient les étoiles Dissipant peu à peu les brumes de leur voile L’ange dans les cieux semblait bénir les flots   Au loin l’on entendait des chevaux les sabots Le bruit de leur course dans le soir automnal Finit par agonir de ses pas en rafale Dans le silence ... Lire la suite »