Je tisse

Si loin de toi !/et L’instant poétique par :Dehbia Ammour–poétesse algérienne résidant à Paris -France

    Si loin de toi !   Si loin de toi depuis et tant de jours passés Pensais rétablir le lien sacré à pourchasser  La larme trop salée témoigne l’amertume Comme chez l’être humble qui se consume     Dans le sombre souvenir en cette heure diurne La lueur vive me semble menacée et taciturne La divergence creuse l’unique droit au ... Lire la suite »

Ma sagesse égrenée par : Dehbia Ammour- poétesse algérienne résidant à Paris – France

    Le bruit du tourment reste à l’écoute de l’embrouille Montre le jour fatidique du corps endormi en dépouille La verve accusatrice arrête vainement la bonne volonté Je ne rêve plus, les mots désertent le songe démonté   Le bon vouloir d’énergie désemparé par l’hostilité Le tribut douloureux magnétique vogue en subtilité En parcourant les vastes rimes du soleil ... Lire la suite »

La note en soi : par :Dehbia Ammour- poétesse algérienne – Paris – France

  Je vis les derniers jours qui s’étalent  Des tourments creux qui se décalent  Suis le fil ondulé de l’évocation à ternir  Qu’aucun être vivant ne sait retenir    Le besoin d’ailes ressent la note de fond   Cédant à la persistance qui se confond Réservant le parfum de mon triste sort  Alors pourquoi ne pas m’éloigner du port ?    Après ... Lire la suite »

L’exorde inspiré pour mon Algérie par : Dehbia Ammour – poétesse algérienne résidant à Paris

  Apaisée de l’incertitude du grand regret Avec le retrait si pointu du Si sans intérêt Toujours en verve silencieuse,poétique En quintessence cordialement sceptique Après ce goût de la gloire sans aucune vie Déclinant incessamment la meilleure envie Écorché vif par les imitations de l’intrigue Réfréné, accompli par la force de la digue Des idées foisonnantes, tu en as étayé ... Lire la suite »

Papillon de nuit par :Dhahbia Ammour – poétesse algérienne résidant à Paris –France

  Les humbles sont sis de travers Se partagent l’ample univers Dans le flot d’entretien fleuve Viens l’ange telle une preuve Qui raconte la seule naissance Venant du profond de l’aisance S’envole vers le beau papillon Se pose sur la fleur en abandon Continue de rêver du vaste Paris Rappelle la Kabylie sans le gris Ils sèment l’extase de la ... Lire la suite »

“La vache des orphelins” par : Maissa Boutiche – Ain Bénian – Alger – Algérie

  La rue semble, bien déserte Les muriers dans leur solitude Au coin de la rue Veillent, les branches nues Frissonnent  de leurs peines Narrent dans la nuit glaciale Les contes de « la vache des orphelins » Un conte légendaire, d’antan Pour se tenir compagnie Les tuiles des maisons qui se tiennent hautaines Sont revêtues  de blanc La neige ... Lire la suite »

L’élucubration par :Dahbia Ammour – poétesse algérienne – Paris France

  Comment ne pas aimer toutes ces belles langues ? Dites-moi je flâne ! Je suis tel un navire qui tangue Perplexe toujours !  Avide de ne pas dire je parle En face de nous immédiatement une chanson marle  In fine en assignant, je m’imprègne de quelques termes Pour discuter de ceux qui possèdent certains germes L’un m’éclaire savamment comme un soleil ... Lire la suite »

Que c’est dur de supporter seule ! par : Maissa Boutiche – Ain Bénian – Alger- Algérie

Que c’est dur de supporter seule La douleur et l’absence. Ton portrait, Ton sourire, Tes paroles, Ta silhouette Et ton poignant regard, ce soir se sont invités En mon âme. Sur mes joues, une larme orpheline est descendue. Ta présence était obsessive. Et ne cessait de te courtiser, mon âme. Je me suis assise alors au coin du feu. Amour ... Lire la suite »