Adieu Jacky Karmanda Maghi. Nous te pleurons mais nous ne t’oublierons jamais !

Le samedi 15 septembre 2018  vers 11h du matin, j’ai appris avec une grande douleur la triste nouvelle du décès de notre grande amie la poète monégasque Jacky Karmanda Maghi qui était, au cours des dix dernières années, l’un des éléments les plus en vue de  notre sélection poétique mondiale et dont la poésie m’a inspiré un grand nombre de commentaires  que j’ai  commencé, en juin dernier, à réunir dans ma rubrique « Les archives des commentaires critiques de Mohamed Salah Ben Amor ». J’allais même , il y a quelques jours lui proposer d’avoir avec elle un long entretien sur son expérience poétique pour ma revue littéraire”Culminances”.Mais la volonté de Dieu était plus décisive.
Que Dieu entoure la défunte de sa sainte miséricorde et l’accueille dans son vaste paradis.
Et en cette douloureuse occasion, cet espace littéraire mondial ainsi que les groupes et les sites qui lui sont liés observeront un deuil de trois jours !

 

Qui est notre amie la poète feu Jacky Karmanda Maghi  ?

Karmanda Maghi est née le 11 décembre à Beausoleil ( ville confondue avec Monaco). Dans sa poésie, elle se présente comme ” espiègle, humoriste, fabuliste, satyrique parfois.. » et se distingue surtout par la stratégie constante qu’elle adopte et qui consiste à endosser ses personnages à la manière des acteurs, dans le but de dépeindre l’âme humaine dans toute sa complexité de l’intérieur. Par le biais de cette technique de mise en scène, elle se met dans la peau soit d’un locuteur ou d’une locutrice, soit d’un narrateur ou d’une narratrice comme pour l’animer de l’intérieur mais tout en se gardant de s’identifier à lui(à elle). Ce qui laisse l’essentiel de la personnalité de l’auteure à l’ombre bien que le choix des personnages et des situations dans lesquelles elle les place révèlent quelque peu son mode de réflexion et sa vision de l’Autre et du monde. Et c’est peut-être ce qui lui a fait dire : « mes personnages parfois me dirigent oubliant que c’est moi le ” chef d’orchestre”. Et la particularité première des personnages qu’elle endosse, qu’ils soient réels ou vraisemblables, est qu’ils sont du genre qu’on rencontre dans l’arène de la vie et dont le comportement frappe l’œil par des traits peu fréquents (amoureux obsessionnel passionné – féministe ultra radicale – une femme en discordance totale avec son milieu…). Sur le plan de la forme et conformément à la technique utilisée par l’auteure, ses poèmes se caractérisent, en premier lieu, par leur théâtralisation et leur narrativisation, ainsi que par l’usage massif de l’hyperbole sans que ces procédés nuisent à leur poéticité qui reste intacte grâce à leur texture rythmique soutenue et les belles images qui les agrémentent.

Exemples de sa poésie :

(1)

La déclaration: Pour TOI.

Dans la vie tu es prince dans mon cœur tu es roi
J’ai quelques maladresses en m’approchant de toi
Je n’ai rien à donner, la vie a oublié
À ma naissance : les ors, un nom es qualité.
Pour toi, je ne suis riche que de ton amour
Et juste en ricochet, te le donne en retour
Tu es mon beau miroir, mon reflet lumineux
Belle je suis, quand je suis dans tes yeux.
Je ne demandais rien, tu es là en cadeau
À la vie je pardonne car il est encore tôt
L’avenir pour t’aimer puisque ma vie commence.
Quelques balbutiements et de faibles errances
Me disaient que la vie était sans importance.
Mais à t’aimer ainsi j’en mesure le prix
Je suis venue au monde dans un but bien précis
Avancer et cueillir une âme tolérante
Je l’ai trouvée enfin cette âme d’excellence
Généreuse ô combien mon prince, mon bon roi
Je voudrais me vouer à l’anse de tes bras
Notre amour en partage épuiserait l’évidence
Et l’aurore naissante ne saurait dénouer
Les lianes que pour nous, la nuit avait tressées.
Aimer à en mourir dans la petite Mort
On ne meurt plus d’amour, il vit dans nos encore.
L’infini est mon but je t’invite à me suivre
Pour tout l’amour qu’on a envie de vivre
Le temps et l’horizon reculent leurs limites
Car la vie nous fait don d’un amour Édénique.
**********************************

(2)

Libre …

Pourquoi mourir au chant d’amour
Quand les sentiments coulent à flots
Dans l’océan de nos mots.
Quand se déchainent nos tempêtes :
De la vague, dominer la crête,
Des cinquantièmes hurlants,
Des quarantièmes rugissants
Je veux être Le cri,
De toutes les symphonies
L’explosion, Les délires,
L’apothéose Gouter à toutes ces choses
Qui sont cadeau de vie. Je ne veux pas
Couler dans la quiétude d’un lac,
Je veux Me sentir vivre dans les chamboulements,
Me damner
S’il le faut aux bras de mes amants,
Que chacun me surprenne,
M’entraine
Mais jamais ne m’enchaine.
Je suis libre,
Quand m’emporte le vent,
Sans cesse en mouvement :
M’entraine, la planète.
Je suis libre Puisque rien ne m’arrête
Arrête-t-on le temps ?
J’en use les secondes
Les minutes et les heures,
Je veux Croquer ma vie
Bien avant qu’elle ne meure, Je veux aimer
De toutes les façons Comme une amie, Comme une femme,
Comme une amante,
Comme j’aime la vie
Dans son souffle et dans son cri.
*********************************************************

(3)

Rêve

L’aurore s’est levée en briseuse de rêve
Qui es-tu, ailleurs que dans mes nuits ?
Un soupir ?
Un parfum ?
Un reflet qui danse ?
Une douce image ?
Un mirage ?
Ou juste un souvenir.
Le rêve à le pouvoir des passions éphémères
En caresses printanières
En ardeurs des étés
En oubli des automnes
En jamais de l’hiver.
Va ma douce rêverie Danse dans ta vie.
À tes amours, souris.
À moi tu appartiens Tout au fil de mes nuits.
Tu caresses mes rêves Là, jamais ne m’oublie.
Le rêve est un parfum,
Une embellie de vie
Avec toi, je danse dans mes rêves
Avec toi, je retiens la nuit.

L’une des dernières photos de notre amie la poète monégasque Jacky Karmanda Maghi au salon du livre de Monaco le 26 mars 2018.

Pour faire connaître et perpétuer l’œuvre poétique de notre amie feu Jacky Karmanda Maghi , je lui consacrerai le numéro 9 de la série bilingue (arabe/ français) : « Figures de poésie mondiale » qui comportera une biographie critique de la poète ,une étude détaillée de son expérience poétique et un choix de ses poèmes traduits en langue arabe. Cet ouvrage sera édité en 2019 par les éditons Ichraq à Tunis
Un autre ouvrage comportera des témoignages sur l’expérience poétique de la défunte et son parcours littéraire et auquel pourront participer ceux et celles qui l’ont côtoyée et connue de près .Ce deuxième livre paraîtra en 2019 à Paris.

Deux exemples de commentaires que j’ai écrits sur les poèmes de feu Jacky Karmanda Maghi :

 (1)

Ces oiseaux migrateurs par :Karmanda Maghi – Monaco – Commentaire :Mohamed Salah Ben Amor

Comme un champ de bataille
Le ciel s ‘enténébrait,
De centaines en milliers
Des ailes s’agitaient
J’y cherchais l’harmonie
Comme un Orchestre que nul chef ne guide
Tumultes et cris dans leur cacophonie.
Hors la quiétude des jours
Le ciel s’est assombri.
Sont-ils migrateurs ignorant les boussoles ?
Cherchent-ils le chemin ?
Qu’ont-ils fait de l’instinct
Qui sagement les guide,
Qu’ont-il vu, d’effrayant à rebrousser chemin ?
Prenant de la hauteur, la vision prend du champ
Plus large, plus vaste
Qui sait, plus déroutant.
Mes pieds sur terre limitent mon l’horizon
Plus grande est la misère
Si comme eux je m’envole.
Qu’on –ils vu d’effrayant à rebrousser chemin ?
Quelles étaient les promesses
Qui changeaient leur destin ?
Qu’ont ils cru s’envolant vers « l’ailleurs » :
Que l’herbe était plus verte ?
Que les hommes sont amour ?
Trop rares sont les plumes « troubadour ».
Peut être cherchaient-il à poursuivre une vie
Hors de leur mère patrie
Espérance compromise sur une terre
Aujourd’hui ennemie.
Certains ont fui la guerre
D’autres simplement la déplacent
Ancré au fond des trippes la mission d’expurger,
De la terre d’accueil, par trop évoluée,
Tout ce dont on les avait privés :
LA LIBERTÉ.

Le commentaire:

L’ancien écrivain arabe El Jahidh ( mort en 867 après J.C. ) disait que “les sens sont jetés sur la voie publique”, insinuant par là que la valeur d’un texte littéraire réside non dans son contenu sémantique mais dans la façon dont il est composé . Ce qui s’applique bien à ce poème dont le thème tourne autour de l’envol d’oiseaux, ce phénomène ordinaire que nous observons souvent au dessus de notre tête sans que rien de particulier n’y retienne notre attention mais que la poétesse a abordé ici sous un angle original.
En effet, au lieu de s’élancer dans un discours savant bourré de termes techniques sur la migration des oiseaux comme il y en a plein dans les ouvrages d’ornithologie, elle a préféré traiter ce sujet subjectivement de deux manières différentes : la première est de se poser une multitude de questions sur les mobiles et les desseins de ces oiseaux qui se regroupent, montent très haut dans le ciel puis prennent une direction inconnue (Sont-ils migrateurs ignorant les boussoles ?/Cherchent-ils le chemin ?/Qu’ont-ils fait de l’instinct/ Qui sagement les guide/Qu’ont-il vu, d’effrayant à rebrousser chemin ? )et la seconde est de les comparer à des humains dont surtout elle-même (Mes pieds sur terre limitent mon l’horizon/Plus grande est la misère/ Si comme eux je m’envole…etc.). avant de finir le poème par une remarque pertinente sur les émigrants humains contraints de quitter leur pays pour fuir soit la guerre, soit le despotisme de leurs gouvernants. Ce qui a contribué à l’ancrer dans les préoccupations actuelles à l’échelle mondiale et lui a ainsi conféré une dimension humaniste (Certains ont fui la guerre/ D’autres simplement la déplacent/Ancré au fond des trippes la mission d’expurger,/ De la terre d’accueil, par trop évoluée,/Tout ce dont on les avait privés :LA LIBERTÉ. .).
Esthétiquement, ce poème, ainsi conçu, a réussi à acquérir les principaux atouts qui lui permettent de susciter l’intérêt des lecteurs avisés .Un bon poème Jacky !

(2)

Hurle par-dessus les toits par : Karmanda Maghi  -commentaire de Mohamed Salah Ben Amor-4 juillet 2014

 

« Plus rien ne semble m’inspirer à part l’amour…

désolée si j’abuse : rires++  D’une simple amourette »

Karmanda Maghi

 

Je ne demande pas si tu m’aimes

Mais offre-moi l’amour débordant d’un regard

Un seul venant de toi est déjà un poème

Invente des mots nouveaux avant qu’il soit trop tard.

 

Tu avances lentement sans brûler les étapes

Tu glisses à pas de loup et la vie nous échappe

Dans la hâte d’aimer nous occultons les mots

Ils sont pourtant l’écrin du plus beau des joyaux.

 

Hurle par-dessus les toits quand ton cœur en déborde

Bouscule les non dits ; liée à toi par l’acier ou la corde

Je ne veux échapper ni à ta bouche ni à tes mains

Vois en moi une offrande, une âme et un destin.

 

Qu’il-est doux de t’aimer quand un seul mot m’apaise

Quand un autre, en suivant, vient attiser les braises

Elans incontrôlés quand la passion submerge

Tu dis n’appartenir qu’à une île encore vierge

 

Il est vrai qu’avec toi j’efface le passé,

Pour la première fois, j’ai conscience d’aimer

Et comme tous les amants surpris au pas du jour

Dans tes bras nous allons réinventer l’amour.

 

Un souffle passager soulève des tempêtes

Que sais-tu du futur de l’instant partagé ?

Car l’amour se cultive en mots édulcorés

Qui transforment en joyau une simple amourette.

 Le commentaire:

Ce poème pose au lecteur qui connait même globalement les écrits précédents de son auteure un problème initial qu’il doit résoudre au préalable sous peine de ne pouvoir avancer dans sa tentative de saisir les véritables visées du texte. En effet, la stratégie qu’adopte cette poétesse dans presque la totalité de ses poèmes consiste à endosser, à la manière des acteurs,  un personnage  masculin ou féminin  et parler par sa voix. Ce qui laisse l’essentiel de la personnalité de l’auteure à l’ombre , bien que le choix des personnages et des situations dans lesquelles elle les place révèlent quelque peu son mode de réflexion et sa vision de l’Autre et du monde. Dans ce nouveau poème, les quelques lignes introductives veulent apparemment dire le contraire : c’est d’elle-même que la poétesse parle et non d’une autre. Adoptons sans discussion  cette acception et passons au contenu. A ce niveau, le poème dont il est ici question est thématiquement un poème à thèse. Et cette thèse est qu’un amour ne doit jamais être dissimulé, quelles que soient les pressions et d’où qu’elles puissent venir et qu’il faut l’exprimer aussi bien implicitement par le regard  qu’explicitement par le langage. Et l’auteure va loin dans l’apologie de cette idée jusqu’à présenter l’amour déclaré à haute voix comme  un amour sublime, puissant et bouleversant en l’absence duquel nul ne peut éprouver le bonheur, la quête de tout humain sur cette terre. Une philosophie à respecter en elle-même mais combien de personnes ont le courage de le faire ? Sans compter les sociétés où l’amour est entouré d’idées préconçues et de tabous. Mais le plus important pour nous ici est de savoir si la poétesse nous expose une idée à laquelle elle croit vraiment ou elle ne fait que jouer la comédie comme elle en a l’habitude de faire . Sur le plan de la forme, le poème a été embelli par l’usage massif des hyperboles qui accompagnent le lecteur du début jusqu’à la fin .

 

 

Réactions des poètes et des lecteurs  dans les groupes littéraires  à la triste nouvelle de la disparition de la poète monégasque Jacky Karmanda Maghi

 

ردود فعل الشّعراء والقرّاء في المجموعات الأدبيّة على  الخبر الأليم لوفاة شاعرة إمارة موناكو جاكي كرموندا ماغي

 

Nawel Serbis Une belle plume s’en est allé 😢, repose en paix parmi les étoiles chère Karmanda

نوال سربيس : قلم رشيق رَحَلَ.نامي في سلام بين النّجوم يا كرموندا العزيزة

 

ريام فؤاد آدم

لروحها السّلام والسّكينة والطمأنينة ولأحبّتها وعائلتها الصّبر والسّلوان..

Riyam Foued Adam :Paix, sérénité et tranquillité à  son âme et patience et consolation  à ses amis et sa famille

 

Malika Bensoltane  Merci Mohamed Salah Ben Amor, pour cet hommage à mon amie Karmanda. Dans mon coeur et mes pensées elle vit pour toujour

الشّاعرة الجزائريّة مليكة بن سلطان: شكرا لك محمّد صالح بن عمر على هذا التّكريم لروح صديقتي كرموندا .وهي ستبقى حيّة في قلبي وفكري إلى الأبد

 

Adel Essalah Paix à son âme

عادل الصّالح : سلام لروحها

 

Giuseppina Muller Très grande poétesse effectivement douce et pleine d”amour dans ses poésie une grande femme qui restera dans nos coeurs. Repose en paix et que la paix soit. Mes condoléances à la famille et tous ceux qui ont eux la chance de la côtoyer avec tout mon respect. Giusie 😢

جيوسبّينا مولّر: شاعرة عظيمة  حقّا و لطيفة .في شعرها تطفح حبّا.وهي امرأة عظيمة ستبقى حيّة في قلوبنا.تعازيّ لعائلتها ولكلّ من ابتسم لهم الحظّ للاختلاط بها مع احترامي الكامل .

 

Paul François Carnet Pantiez J’ai appris sa disparition hier, cela m’a bouleversé, j’étais encore en discussion avec Karmanda il n’y a pas si longtemps, il y a quelques semaines encore. Je suis très triste, un grand vide.

الشاعر الفرنسيّ بول فرانسوا كرني بانتيي:علمتُ بوفاتها أمس .فجزعت لذلك  إذ كنت في نقاش  معها منذ وقت قصير لم يتعدّ البضعة أسابيع .إنّي حزين جدّا .فقد تركت فراغا كبيرا

 

Fatima Marghad C’est avec une grande affliction que j’ai appris cette cruelle nouvelle avec sa disparition je perd une grande amie une confidente et une bibliothèque de savoir repose en paix mon amie tu resteras à jamais dans le coeur de ceux qui t’ont aime

فاطمة مرغد :علمتُ بكثير من الأسى  هذا الخبر القاسي .فبرحيلها خسرتُ صديقة حميمة كنت أأتمنها على أسراري ومكتبة زاخرة بالمعرفة .نامي في سلام صديقتي ستبقين إلى الأبد حيّة في قلوب الذين أحبّوك

 

Laura Klemm C’est terrible d’apprendre une disparition… que Dieu l’accueille dans la paix des âmes.

الشّاعرة الإيطالية لورا كلام :إنّه للأمر رهيب أن يعلم الإنسان بخبر وفاة . أحلّها الله في محل سلام الأرواح

 

Khatiba Moundib Paix à son âme

خطيبة مندب : سلام لروحها

 

تهاني فوزي

البقاء لله دكتور …..خالص العزاء والمواساة لك ولأسرة الفقيدة

Tahany Faouizi : Survie à Dieu…Mes sincères condoléances à toi et à la famille de la défunte !

 

Maissa Boutiche Que Dieu entoure la défunte de sa sainte miséricorde et l’accueille dans son vaste paradis.

الشّاعرة الجزائرية المايسة بوطيش : رحم الله الفقيدة رحمة واسعة وأسكنها فراديس الجنان

 

Patricia Laranco Un beau poème et une analyse très fine.

الشّاعرة الموريسية باتريسيا لارنكو : قصيدة رائقة (قصيدة نشرتها للفقيدة) وتحليل رشيق( تقصد تعليقا كتبته على هذه القصيدة)

 

عباس ثائر

رحمها الله..
وشكرًا جزيلًا لوفائك

Le poète irakien Abbes Thaiir : Que Dieu l’entoure de sa sainte miséricorde et merci à toi pour ta fidélité

 

Fatima Maaouia Paix à toi qui a rejoint les étoiles

الشّاعرة التّونسيّة الجزائريّة فطيمة معاوية :سلام عليك  يا أيّتها التي التحقتِ بالنّجوم

 

Sarah Muse Paix à son âme

سارّة موسى : سلام لروحها

 

Emna Saidi Paix a son âme

آمنة السعيدي : سلام لروحها

 

Gaëtan Parisi On regrettera sa verve littéraire, son humour et son amour de la poésie , on n’oubliera jamais !

Que ceux qui le veulent en sa mémoire respectent ce deuil comme proposé par notre maître Mohamed Salah

الشّاعر البلجيكيّ قايتن باريسي : سيأسف القرّاء لفقدان قريحتها الأدبي”ة وروحها المرحة وحبّها للشّعر .ولن ينسوا ذلك أبدا

وعلى الذين يريدون الوفاء لذكراها فلينضبطوا للحِداد كما اقترحه أستاذنا محمّد صالح ( أي مدّة ثلاثة أيّام بدءا من يوم السبت الماضي)

 

Paul François Carnet Pantiez Très belle déclamation sur notre regrettée consoeur, poétesse de l’amour, de la féminisation, aux verbes riches, regrettée en ces jours bien sombres. RIP Karmanda Maghi… Nous te pleurons.

خطبة رائقة جدّا عن أختنا في الشّعر المأسوف عليها شاعرة الحبّ والأنثويّة ذات اللغة السّخيّة ،المأسوف عليها في هذه الأيام الحالكة

يقصد بالخُطبة الكلمة التّعريفيّة التي كتبتُها عن شعرها ومسيرتها الأدبيّة)

 

4 commentaires

  1. Que Dieu entoure la défunte de sa sainte miséricorde et l’accueille dans son vaste paradis. Une grande perte pour le monde de l’art.

  2. Une personnalité très attachante qui laisse un grand vide derrière elle.
    Jacky était une femme pleine d’energie qui savait communiquer son enthousiasme et sa bonne humeur. Elle n’a jamais hésité à encourager, conseiller ses amies et amis dans l’ecriture .
    Dérision, humour, amour étaient ses rimes préférées . Jamais nous ne l’oublierons.

  3. Est-ce la maladie qui l’a emportée ! Sa présence forte des mots nous touchait, il reste le souvenir de son âme généreuse et sympathique, sensible, respectueuse; Merci à Dieu de l’accepter à la hauteur et place qu’elle mérite ! Ce n’est qu’un au revoir.

  4. Le monde de la poésie vient de perdre une Grande Dame. Une Belle âme de grand talent. Qu’elle repose en paix. Nous ne l’oublierons pas

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*