Train de printemps par :Benzid Abdelaziz –El Eulma (Sétif)-Algérie

Benzid Abdelaziz

Un train qui ronronne

Aux couleurs du printemps,

Un train qui s’annonce

Aux odeurs de l’espoir

Des wagons qui s’égaient

Comme pour un jour de fête

Et de blanches colombes,

Qui s’approchent à tire d’ailes

De la joie qui m’égaie

En ce jour de printemps.

Des rails qui pérégrinent

Vers des gares paisibles

Et des horloges

Toujours « Tictacantes »

Qui égrènent les minutes

Comptant les joies ,

Qui m’attendent sur les bancs

Où personne ne s’impatiente.

Un chef de gare goguenard

Avec son sifflet strident

Contemple au loin

L’avant d’un train

Aux couleurs bigarrées

Qui s’approche enfin.

Je reste sur le quai

Celui des brumes *

Que Becker* aurait aimé

Un bouquet frais dans les mains

Et plein d’allégresse.

J’ai pas raté mon train.

Mon cœur a trouvé sa belle.

Elle revient de loin

Vers ce quai ombragé

Où il n’y a plus que moi.

…………………………………………………………

*« Quai des Brumes » un film de Jacques Becker 1959

PS:Ce poème fait suite au poème précédent « Train d’automne » qui est triste , tandis que celui là « train de printemps « est gai.

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*