Les entretiens de « Culminances » :10 – Avec le poète marocain Najib Bendaoud

Najib Bendaoud

 

Qui est Najib Bendaoud ?

Najib Bendaoud est né à Tétouan le 13 juillet 1953 au Maroc. Il a fait des études en psychologie à l’université de Toulouse. Il est enseignant-chercheur en sciences de l’éducation à l’école normale supérieure de Tétouan. Il est membre fondateur de la revue Horizons Maghrébins éditée par l’université de Toulouse le Mirail, France.Membre fondateur de la revue Walili éditée par l’Ecole normale supérieure de Meknès, Maroc –  Membre fondateur de la revue Alamat, Rabat, Maroc –Poète spécialisé ou presque dans le genre amoureux, il fait montre dans ses poèmes d’une connaissance parfaite de la psychologie de la femme qui lui permet de l’introspecter et d’endosser à merveille ses différentes personnalités. Ses écrits sur ce thème central se caractérisent par une singularité originale puisée dans le patrimoine mystique. Stylistiquement, sa poésie se distingue par une métaphorisation soutenue et un rythme interne intense.

Ses recueils de poèmes

 Les seins pénibles, Editions Fikr, Maroc, 2011- Hanan, Editions épingle à nourrice, Paris, 2013- Mira, Editions Alamat, Maroc, 2015-  Les ruelles de mon songe, L’Apporte-plume, France, 2016.

Recueils collectifs :

Poésie engagée, Regroupement des « Poètes Francophones Engagés » Pour la liberté et la paix, 2014 – Recueil de poèmes, Dialoguer en poésie, Association Dialoguer en poésie, 2012 – Analectes de la poésie mondiale, (Anthologie) Mohamed Salah Ben Amor, Editions, Ichraq Editions, Tunis, 2015.

Question 1 :Votre poésie tourne autour d’un thème dominant : le thème amoureux. Et la femme y est toujours bien entendu bien-aimée ou amoureuse ou amante ou même parfois fille de joie. Pourquoi êtes-vous vous attiré par cet aspect particulier dans le sexe féminin alors que dans notre vie la femme est aussi épouse, fille, mère, collègue, amie, militante, penseuse, créatrice …. ?

Najib Bendaoud : C’est vrai que la première rencontre avec ma poésie affiche cet intérêt excessif envers la femme. Un tel sujet pourrait paraître comme le seul thème omniprésent voire même étouffant. Là, la question qui se pose est celle de savoir en quoi consiste la femme pour moi.
Tout d’abord, la femme dans mes écrits est un symbole. C’est tout ce sens grandiose que l’on peut offrir à la vie. Une vie multidimensionnelle où le corps et l’âme sont indissociables. L’esprit et la matière ne reflètent pour moi que l’unicité de la personne. Je refuse dans mes écrits tout hiatus entre la culture et la nature. Donc la femme de ma poésie n’est pas un sein, ni des lèvres, ni un nombril, ni une danse ni une amante, ni une fille de joie, ni mère, ni sœur, ni militante, ni ouvrière… . Elle est l’éthos de toute identité terrestre et céleste. Elle est la joie et l’amertume, le jour et la nuit, le bien et le mal, la présence et l’absence, le vide et l’ivresse.
La femme pour moi est la scène où s’exhibe la vie avec toutes ses couleurs, toutes ses folies, toutes ses angoisses, toutes ses euphories, toutes ses beautés, toutes ses laideurs… etc. L’Amour de la vie n’exclut pas le corps au dépend de l’âme et / ou inversement. L’existence autant que l’essence ne constituent qu’une unicité et que Jean Paul Sartre excuse ma conviction !

Question 2 :Dans certains de vos poèmes, l’amour que vous abordez est l’amour spirituel et vous vous y inspirez parfois même du soufisme musulman .Mais dans d’autres poèmes, le lecteur se trouve face à l’amour nettement érotique. Peut-on y voir une contradiction ou bien vous endossez dans chaque genre le personnage d’un locuteur (celui qui parle dans le texte) différent ?

Najib Bendaoud : Partant de ma première réponse et de ma conception de la personne en tant qu’unité à la fois matérielle et spirituelle, je ne sens aucune contradiction en mon approche du thème de ma poésie. L’amour érotique n’est qu’une expression de l’amour spirituel. C’est cette fusion entre les différents aspects de la vie qui signifie mes mots amoureux. Je suis amoureux oui et surtout de cet amalgame fascinant et profane.

Question 3 :Vous savez sans aucun doute que la mise en œuvre de l’érotisme en poésie et dans l’art en général à des fins esthétiques est difficile, parce que l’auteur peut basculer à chaque pas dans la pornographie. Comment vous prenez-vous pour résoudre ce problème délicat dans vos poèmes lorsque vous abordez ce thème ?

Najib Bendaoud: la littérature pornographique est un genre littéraire que je ne sous-estime pas. C’est une approche comme d’autres de la vie. Une vision qui ne me tente pas étant donné que je ne maîtrise pas ses mécanismes productifs. Inconsciemment je me sens incapable de produire ce genre littéraire. Je ne fais aucun effort pour l’éviter car je produis en fonction de mes sentiments et émotions. Ceux-ci me guident apaisement vers ma joie d’écrire. Une joie en accord avec ce beau sens que je donne à la vie et à la personne en tant que résultante de la nature et de la culture, de l’âme et de la matière.

 

Question 4 :La tradition poétique arabe a voulu qu’aucun poète n’a écrit un poème amoureux sur son épouse .La femme légale n’a-t’elle pas le droit qu’on lui consacre des poèmes amoureux ? Et sincèrement vous êtes vous posé cette question ?

poèmes lorsque vous abordez ce thème ?

Najib Bendaoud:Non, je ne me suis jamais posé cette question parce que tout simplement je n’ai jamais fait la différence entre une femme légale et une femme illégale. La femme est une personne point à la ligne.

Question 5 : Je me rappelle qu’en 2010 lorsque j’ai commencé à commenter vos poèmes, vous portiez un autre nom de famille .Et lorsque vous aviez changé votre nom, j’ai perdu mes commentaires sur votre poésie en cette période? Puis-je vous demander pourquoi n’aviez vous pas gardé votre nom initial ?Et où sont les poèmes que vous aviez signés avec ce nom ?

Najib Bendaoud : C’est vrai mon premier pseudo était Daoud Ibn Daoud. J’avais opté pour ce pseudo par manque de confiance en ce réseau social. C’était un jeu pour moi.

Question 6 : Vous aviez entrepris il y a quelques années une expérience dans la littérature radiophonique à la radio Cléopâtre. Cette expérience vous a-t-elle apporté quelque chose du point de vue littéraire ?

Najib Bendaoud : c’est la meilleure expérience communicative que j’ai vécue dans ma vie. La radio est un instrument très efficace pour toute communication. Je vous suggère de créer une radio et vous allez vous rendre compte que c’est très et très opérant pour diffuser et influencer tout un monde. Je me rappelle bien qu’il y avait de grands personnages du cinéma et de l’art qui m’appelaient pour parler à mes éditeurs en direct. C’était une expérience fabuleuse et inoubliable. Merci pour cette question.

Question 7 :Le Maroc est le seul pays arabe à avoir tiré profit du plan américain « Le printemps arabe » qui visait à faire arriver les frères musulmans au pouvoir et s’en servir pour maîtriser les jihadistes .Il fait figure aujourd’hui d’un pays en plein essor .Et cela a été expliqué par la ruse du roi et aussi par le caractère paisible du peuple marocain. Mais on vous voit peu à l’aise à la situation politique dans votre pays….

Najib Bendaoud : le Maroc a bien su comment gérer son « printemps arabe ».Il l’a d’une manière très rusée, c’est vrai j’en conviens. Mais cela n’a pas suffit. A mon sens, le Maroc a besoin de plus de démocratie réelle, de réformes institutionnelles plus profondes touchant à tous les secteurs et surtout une distribution juste des richesses du pays et moins d’inégalités socio-économiques.

Question 8 :Vous appartenez depuis près de dix ans à notre sélection poétique mondiale. Comment évaluez-vous en général les écrits des autres membres de la sélection ?

Najib Bendaoud : tout d’abord, je salue les efforts que vous déployez pour l’amour de la littérature et de l’art. Toute ma reconnaissance pour votre personne.
Pour ce qui est de la sélection j’approuve la diversité de ses membres. Une diversité qui touche les nationalités, les langues, les cultures et les genres littéraires et cela n’est pas chose donnée à-priori. Cette activité témoigne d’un esprit ouvert, d’une attitude fortement humaniste et sans frontières.

 

Question 9 :Vous êtes sur Facebook depuis plus de dix ans. Vous a-t-il apporté quelque chose de positif ?

Najib Bendaoud : Ma vie a changé. Sur Facebook j’ai osé publier. Sur Facebook mes mots ont trouvé un écho, des lecteurs et bien sûr des amis de tous pays.

 

Question 10 : Quels sont vos projets proches et lointains ?

Najib Bendaoud : Projet proche ; un nouveau recueil bilingue publié en France : UNE JOIE IMBÉCILE avec Ana Herrera. Et une nouvelle avec un groupe français aussi.

 

 

 

 

Un commentaire

  1. bonsoir et merci ami Mohamed

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*