La fenêtre par : Abdellatif Bhiri –Safi – Maroc

Abdellatif Bhiri

Aux matins grisonnants de l’automne,

La vie se déroule en un flou prisme.

J’entraperçois à travers un isthme,

Les reliques des nuits monotones.

 

Nonobstant, je bèche les sillons,

Au-delà de la menue lucarne,

D’un souvenir qu’un ciel gris incarne

Avec un vent froid et trublion.

 

M’évitant un haut-le-cœur navrant,

Je perçois à travers ma fenêtre,

Une gaie mélodie qui fait naître

En moi des souvenirs enivrants.

 

Au dehors, la nature s’endort

Lentement. Sous les cris des moineaux,

Dans mon cœur se noie le soprano,

Car la raison s’érige en pandore.

 

 

Un commentaire

  1. Merci beaucoup cher ami Mohamed Salah Ben Amor

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*