Bébé palmier par : Mariem Garali Hadoussa – Nabeul –Tunisie

Mariem Garali Hadoussa

Un certain matin,

Je passais par là et tu m’as souri,

Jeune pousse dressée,

Bravant les décombres.

Tu as poussé,  fier de montrer

Tes deux jeunes feuilles vertes bien droites,

Décidé à mener ta vie.

Mais ce gros camion rouge est arrivé ;

Le conducteur avec sa pelle a tout emporté

Et toi avec !

Quelle déception pour moi

De ne pas te trouver là  à me sourire

Beau comme la vie, éclatant,

Sous le regard ensoleillé du ciel.

 

Je me suis promis de te protéger,

De te permettre de vivre.

Mais il m’a précédée !

Je suis certaine que tu pousseras

Encore et encore,

Sous d’autres cieux,

Et sur d’autres terres ou décombres,

Mon bébé palmier !

 

Un commentaire

  1. Le poème est magnifique, mère nature te sera reconnaissante. Merci.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*