Hier encore par : Souad Loulidi –Larache –Maroc

Souad Loulidi

 

Hier encore, il effleurait le vent,

Scrutant chaque instant,

Chantant ses vingt ans

Nul frisson

Des manigances du temps.

 

 

Hier encore,

Faiblesse ignorait

Le corps, de souplesse se pavanait

Sur l’oreiller,

Toutes les saisons fleurissaient,

Toutes les brises le caressaient

Sa voix, d’Amour, embaumait

Les murs 

De félicité tanguait

 

Aujourd’hui,

Le corps sur le sol finit en lambeaux

Moisi, invisible aux passants

Le regard, dans l’abîme, s’éteint.

A ce cœur las, 

Ne se tend nulle main.

Sur un trottoir s’écrit un destin

Dans l’exil de l’âge et le dédain.

 

Un commentaire

  1. Merci professeur Salah Ben Amor pour vos encouragements.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*