Réminiscences de la STAR (2) :Le taxidermiste et l’ UGTT par : Fatima Maaouia – poétesse tuniso-algérienne –Tunis

Fatima Maaouia

Cette fois, la star de la STAR, nous venait des archives de la Trésorerie Générale de Tunisie.

Un vrai trésor!

Bijou de bonne famille!

Il adorait nous surprendre !

Entre autres joyaux et pépites, il arriva même à sa majesté de se déplacer personnellement au café situé en face de l’entreprise pour invectiver et menacer le propriétaire.

-”Hé, vous ! Je suis le PDG de la boite en face et vous interdit désormais de recevoir et de servir mon personnel durant les heures de travail!”

Le cafetier, goguenard:

-”Mon café est ouvert au public et ça ne changera pas! C’est à vous de prendre toutes les mesures pour garder votre personnel!! Non, mais!!!”

Mon premier contact avec ce nouveau premier responsable de l’entreprise, qui venait, à peine à un âge avancé, d’être appelé à gérer l’entreprise, était en apparence de nature à restaurer enfin ma confiance, pour avancer, moi, la clandestine avec plus d’assurance dans cette société anonyme d’assurance.

En substance:

– “On m’a parlé de vous, j’ai lu quelques-unes de vos notes, vous écrivez beaucoup, c’est tellement bien écrit ! Je suis fier d’avoir ici une femme comme vous… et je me charge de mettre un terme aux blocages de carrière qui vous ont été faits à tort…”

Voila enfin des paroles sympas, des paroles espérées, attendues depuis si longtemps qui auguraient de jours meilleurs à l’ombre de la bonne étoile, slogan de l’entreprise.

Sous leur emprise, moi qui, pourtant ne crois plus au Père Noël depuis longtemps mais bête à manger du foin que je suis! Que par contre, l’on achète si facilement, non avec de l’or ou de l’argent mais avec l’or d’un mot, mobilise encore plus énergie, expérience engrangée et équipe et me défonce encore plus au travail.

Non, je ne crois plus au Père Noël, mais ce bonhomme rondelet à l’air lisse et si sage, l’âge de mon père…

Une semaine plus tard, je croise Père Noël, visage fermé, il détourne le regard.

Pas besoin de dessin…

C’est le début des hostilités et de la guerre.

Lorsqu’il m’arriva de lui rappeler sa promesse.

  • “Ma fille, Y a B’nti, nous sommes juristes vous et moi, vous savez bien que la justice n’existe pas sur terre ! C’est un idéal auquel on tend!!”

_”Oui, mais en tant que premier responsable dans cette société, vous êtes le garant de cette justice, aussi imparfaite soit-elle, pour en institutionnaliser au moins quelques bribes, non,?”

Hé, non !

Une fois encore, la levée des freins et entraves à ma carrière, n’est pas pour demain la veille.

Et la preuve!

Exemple d’actes de gestion, visant à confirmer les performances de l’entreprise, STAR :

 

Il adorait nous surprendre!

A la veille du nouvel an, raid intempestif en mon bureau pour me prendre, moi ou mon équipe en flagrant délit d’absence.

Pas de chance!

Tout le monde était à son poste. Ne trouvant rien à redire, en qualité de premier chef, qui en avait dans la tête sous le capot, avec quelle acuité son regard harponna la personne la plus âgée du service…

– « Monsieur B, je crois, c’est vous ? »

– « Oui Monsieur le Président »

–  » Dites-moi, mon brave! Comment ça se fait, vous plus âgé que moi.. que vous n’ayez pas de cheveux blancs? »

-« Je les teins, Monsieur le président ! »

Se tournant, alors vers Najette, toujours son obsession du poil…

-« Et vous Mademoiselle, vous sortez de chez le coiffeur? Hum, fin prête pour sortir ce que je vois …peut être même avant l’heure pour aller réveillonner à… Gwadalakhara !  »

Décidément ça ne volait pas plus haut que le cuir chevelu!

Alors moi, ébouriffée, échevelée volant à son secours, s’en prendre gratuitement et de cette façon à mon équipe qui attendait un message fort, méritait éloges, félicitations et même gratification en cette fin d’année, au vu des résultats accomplis.

-”Le réveillon, c’est dans deux jours Monsieur le Président, à moins qu’elle les conserve sous papier alu… »

Mon sang bouillonnait, le sien, sans doute encore plus. ( Mohsen Ayari, tu t’en souviens?)

Abrégeant la visite surprise, il sortit…en un éclair, jurant d’avoir ma peau.

Menaces réitérées, lors d’une réunion de la Direction Générale, une cinquantaine de responsables dont 4 DG, où, il osa avec moi d’un ton méprisant « Algérienne »

Moi :

 » Parfaitement et fière de l’être !

En plus, vous savez quoi? Monsieur le PDG, non seulement Algérienne mais aussi Tunisienne …mais plus tunisienne que chacun d’entre vous, ici!

Ricanements

– » Ha, ha ! Plus tunisienne que moi?? Allons, donc, comment ça? Aya kifech ? »

-Moi :  » C’est par choix personnel d’un adulte conscient, majeur et vacciné, et vous tous, là réunis …par pur accident! »

Il fallait voir la tête de PDG, rouge, en sueur, incapable de prononcer un mot, et celles des autres yeux brillants….ne proférant mot, attendant que le tigre me saute dessus pour boire mon sang ( Abdellatif Ben Youssef, mon ami, je crois bien que tu étais présent à cette mémorable assemblée)

«  » l’Algérienne, j’aurai sa peau ! » devint son maître mot me concernant.

Face au danger quand on est menacé dans une société pourvoyeuse de sécurité et que décidément, il n’y a d’assurance sur rien en ce bas monde … Que faire?

Voyons voir, voyons voir…. outre une gestion et une discipline imparable… et là, miracle!

La solution est là sur le bureau …Une note de service, annonçant le renouvellement du bureau syndical de l’entreprise. Sauvée! J’étais sauvée!

Je me savais populaire et téméraire !

En face, le parti mobilise moyens, troupes, ressources et candidats…tous usés et brûlés, n’ayant d’autre parti que celui de la crédibilité et de la parole libre et croyant en mon étoile, je me lance…

Mon étoile ne m’avait pas trahie.

Élue, je le fus et haut la main … et le plus beau… La fierté de l’être en tant que, je crois, première femme tête de liste du secteur ….

C’était quelque chose!

Summum de la gloire et incroyable pied de nez …à l’Algérienne, quelqu’un de retors (mais pas à tort) s’aperçut par la suite que non seulement je m’étais présentée, mais que j’avais été élue, sans être de nationalité tunisienne, ce qui n’était pas conforme aux termes de la Convention Collective. Quelle frayeur! On allait certainement refaire les élections!

Transcendant toutes les frontières, mes ancêtres berbères du Maroc, Algérie, Tunisie avaient dû intercéder pour moi !

La contestation n’eut aucune suite et on ferma vite la bouche à son auteur.

On l’a élue, on l’a élue ! Elle vaut mille hommes!!! Elle, au moins saura défendre nos intérêts!

Quelle écrasante et belle responsabilité!

Porter la voix de tous ces hommes et de toutes ces femmes qui m’avaient accordé leur confiance !

Oui, j’étais Tunisienne, de fait!

Merci l’ UGTT ! Merci, les potes ! Merci l’Etoile ! Merci la Tunisie!

Je touchais l’étoile! Enfin !

Élue ! Au grand dam du PDG qui n’eut pas ma peau…

Mais toujours fasciné par elle, le taxidermiste, tenta plusieurs traquenards, jusqu’au jour de son départ.

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*