Lettre au grand maître du grand Sud Mohammed Khaire-eddine* ! par : Hassan Oumouloud – Agadir -Maroc

 

Maître,

Au 18 novembre 1995 votre âme rebelle a rejoint son Souffleur, mais avant de le faire, elle a contaminé les nôtres de rébellion et de lutte pour les droits des oiseaux sauvages. Elle a fertilisé ( et le fait encore ) les esprits et les âmes des amazighs opprimés dans ce pays  » cher à mourir » .

Cher maître , nous exprimons toujours et avec le même zèle notre attachement , notre engagement , notre dévouement à la cause pour laquelle vous avez sacrifié tous les instants de votre légende , pour laquelle vous avez été obligé de s’exiler quinze ans vers le pays de France . Cette cause si noble si juste que portent comme une braise les oiseaux seigneuriaux qui résistent à la cage du système. Cette cause si terrible, si effrayante dont vous avez posé les bases et fondé les assises . Bien que la Grande Union Amazighe à laquelle vous avez longtemps appelé ne s’est pas réalisée, je vous assure , grand maître de tous les temps , que les amazighes d’aujourd’hui portent , plus que jamais ,le sang de l’Enfant Terrible que vous avez été  et comprennent bien , grâce à vos leçons , les stratégies de la langue du Tamanoir !

Grand maître de tous les temps , je vous assure que vos cinquante ans  ans de révolte , de lutte , d’exil , de cris et d’écrits ont bien germé d’autres plumes et infiniment de cris , que l’identité autrefois fragmentée est devenue bien fermentée , que le séisme d’Agadir a bien secoué les piliers de la conscience publique du Sud , et a bien fissuré les têtes têtues et les cœurs de pierres,que le peuple et la terre et la langue sont lassés et fatigués d’errance ,d’oubli et de perte,qu’au bout de leur tragique , ils voient toujours  » cette porte ouverte au bout du très long corridor » , ce Point Noir au fond de la lumière éblouissante , comme il l’est sur votre front large et légendaire .

Cher Khaire-Eddine , le chat ronronne toujours , le tajine est toujours sur les braises toujours bien enflammées , et la pipe de Bouchaib ronfle toujours des bouffées de révolution et d’espérances . Cette mauvaise Odeur de Mantèque devient de plus en plus grave et étouffante. Même si Tobias accepte sa misère et déserte les rapports de police, on n’est jamais arrivé, vous l’avez bien dicté, à mettre en cage des oiseaux pareils !

Reposez en paix Grande Légende Du Siècle !.

 

*Mohammed Khaire-eddine est un écrivain marocain francophone    de  Tafraout (1941 – 1995 )Tafraout   (Maroc) .

 

 

Un commentaire

  1. Très belle lettre de l’écrivain Hassen Oumouloud en hommage au grand maître du sud Mohamed Khaire -Eddine.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*