Deux poèmes du poète marocain Mohammed Benfares -Tanger – Maroc

Mohammed Benfares

Couleurs des chimères

Il est des fois où

L’on doit savoir écouter

Laisser parler la lune, 

Oracle des silences !

Les mots ne sont alors

Que poussière dans le vent

Gémissent et composent

Des soupirs en silence

Notes fragiles rimant

Le chaos d’une vie errante

Aux couleurs des chimères 

Entre les lignes du temps 

A l’affût éternellement !

Le bleu des ruelles

Dans la Médina

Pris par la mélodie,

Le promeneur solitaire

Se berce rêveur.

La Médina 

Ensorcelle l’étranger

Un voyage dans le temps

Le temps comme voilier

Poussé par les vents…

La Médina

Un poème à ciel ouvert

Où fleurit le houx vert

L’été comme l’hiver.

La Médina

Un renouveau éternel 

Peint sur les murs

Aux couleurs des saisons !

La Médina

Un arrêt avec soi,

Une balade intime

Le regard sur le blanc.

La Médina

Le cœur au monde

J’entends résonner 

Le bleu des ruelles !

Un commentaire

  1. Merci infiniment professeur Sii Mohamed , merci chers membres du comité de lecture de Culminances .

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*