Yeux d’amande par : Najib Bendaoud – poète marocain – Martil

11904713_885354198179267_6628067911496012868_n

Najib Bendaoud – poète marocain – Martil

stock-illustration-12364067-greek-muse-playing-a-lyrestock-photo-21410004-grim-reaper
Amour terrestre
Combien tu es affreusement éphémère
Combien tu es un passant
Combien tu es ignoblement fragile
J’aime aimer l’éternel
La mort est ma vraie femme réelle
J’adore ses seins bondissants
Ses fruits défendus
Sa danse intestinale
Je n’ai pas peur de toi amour prohibée
Belle femme aux yeux d’amande !
Je me résigne à ta folie injuste
À tes voyages corrompus
À tes jeux inlassables
A tes caprices anodins
A tous tes rouages infernaux
Enfin, je m’offre à ton destin
J’abdique toutes mes foires
Je renonce à ton ventre plat
A tes jolies fesses abondantes
A tes jambes affolantes
A tout toi belle muse
Belle peau succulente
Ma mort s’appelle ton sourire
Ma mort est tes jolies mains caressantes
Mon corps froid de supplices
Mon âme troublée de questions
Mes pieds fatigués
Harassés
De te poursuivre partout
Même au fond de tes gouffres
Même au fond de tes angoisses
Même au fond de ton petit corps
Svelte et étonnant
Jolie fleur
Pour toi mes mots chantent ton nom
Mes yeux d’amande.

Commentaire de Mohamed Salah Ben Amor :

Usant habilement de la technique du « clair/obscur » en jouant, tout au long du poème, sur les trois notions féminines : “femme” , “muse” et ” mort”,   comme étant équivalentes, en les substituant l’une à l’autre, bien qu’aucun lien ne les relie apparemment, l’auteur crée une ambiance baignant dans la pénombre laquelle  a contribué à renforcer l’effet esthétique du texte et de tenir, de ce fait, le lecteur en haleine .
Mais si nous examinons de près ces trois notions, elles nous paraîtront, contrairement aux apparences, très proches l’une des deux autres. En effet, la femme n’est présente ici que comme objet d’amour et la muse, qui est aussi un être féminin, est l’inspiratrice de la création artistique (A tout toi belle muse).Ce qui laisse supposer l’existence d’une relation étroite entre Amour et Art .D’autre part, la mort que Sigmund Freud conçoit comme une pulsion inconsciente liée à une sensation sexuelle  tendant à ramener le corps vivant à son état anorganique initial par l’attraction vers le bas ( la terre de laquelle avait jailli la vie) , d’où la fameuse expression « tombé amoureux »,est liée aussi à l’Amour (La mort est ma vraie femme réelle) .Ce qui lu donne par syllogisme une affinité avec l’Art (A tout toi belle muse Belle peau succulente/ Ma mort s’appelle ton sourire).
Enfin, étant donné que l’Amour, l’Art et la Mort appartiennent au côté irréel dans la psyché humaine , nous saisirons facilement pourquoi ils sont fortement liés  dans l’esprit du poète.
Quoi qu’il en soit , grâce à ce procédé inédit , le poème a acquis un haut degré de poéticité.

3 commentaires

  1. Avatar

    Merci ami le professeur Mohamed Salah Ben Amor pour cette belle lecture de mon poème Yeux d’amande

  2. Avatar
    Mohamed Salah Ben Amor

    Anne Torchet Le poète joue avec le feu en frôlant l’éternité…

Répondre à Najib Bendaoud Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*