Chemin par :Suzanne Ibrahim – poétesse syrienne résidant en Suède

Ni le départ est doute, ni le séjour est certitude

Entre un chemin et un autre je traverse

Aucune demeure je ne laisserai ici

Aucune demeure là-bas n’attend

C’est comme si je suis un serpent

Qui pour se développer

 Se défait de la peau du chemin

C’est comme si je suis celle qui n’était pas là-bas

C’est comme si je suis celle qui ne sera pas ici

***

Le pas est-il une mère   ?

Ou bien le chemin serait-il la progéniture de son frémissement ?

***

Dis au chemin : Tu es le chemin

Ton cœur est une valise de villes,

D’ex-bien-aimées et de douleur pharaonique

Je suis la valise d’un inconnaissable venu, Une éclaireuse babylonienne de traces

Et une  guide

Dis que les deux étrangers se sont rencontrés

Grâce à l’intercession du café

Toute distance est exil et tout chemin est patrie

Sois donc le chemin !

Un commentaire

  1. Avatar

    Magnifiquement bien écrit.

Répondre à Maissa Boutiche Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*