Que nous enseigne l’œuvre de Picasso ? par : Mohamed Salah Ben Amor

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Avec Picasso –Malaga –Andalousie (11 août 2015 )

J’ai toujours été fasciné par la vie artistique féconde de Pablo Picasso (1880 -1973) qui s’est étalée sur près de quatre-vingt ans , de 1889 date de son premier tableau qu’il a peint à l’âge de huit ans jusqu’à sa mort ainsi que par son œuvre colossale qui comporte plus de 50000 tableaux, sculptures , dessins et autres objets de création artistique. Cependant, ce n’est seulement l’aspect quantitatif de cette expérience qui force le respect chez cet artiste mais aussi et surtout sa vision singulière et profonde du monde à travers ce fameux style qu’il s’est forgé avec son ami le peintre français Georges Braque et qu’ils nommèrent le « cubisme analytique », ce style original présentant les êtres, les objets tels qu’ils sont dans la réalité c.à.d. sous des angles de vue multiples et non tel que les perçoit l’observateur qui ne peut les voir obligatoire à chaque fois que d’un seul point de vue, comme si l’artiste cherche par cette technique à restituer la vérité du monde que la perception humaine est incapable de saisir.
Mais la valeur de l’œuvre de Picasso ne se limite pas à ce style perçant et cherchant à atteindre le fond des choses. Il a démontré aussi tout au long de son parcours fort étendu ( plus que huit décades) qu’il est doté d’une sensibilité très aigue à l’égard de la misère humaine et les dangers qui guettent à n’en pas finir les êtres humains, en peignant les damnés de la terre : tels que les mendiants, les aveugles, les invalides, les blessés , les morts … ainsi que les dégâts perpétrés par la guerre dont le fameux tableau de Guernica, au biais duquel il a exprimé sa révolte contre le bombardement de cette ville basque en 1937 commis par les nazis et les fascistes italiens pour appuyer l’auteur du coup d’état le futur dictateur le général Franco contre le gouvernement républicain et qui a fait près de sept-mille victimes.
Et loin d’avoir peur de ces assassins, Picasso n’hésite pas à exposer ce tableau la même année à l’exposition internationale de Paris . Et là, à une question que lui posa l’ambassadeur nazi à Paris au cours d’une visite à cette exposition : « C’est vous qui avez fait cela ? » , il répond « Non c’est vous ! » , démontrant encore une fois que le génie artistique et l’engagement militant ne sont nullement contradictoires.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Devant la fondation Picasso- Malaga (11 août 2015 )

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sous l’appartement dans lequel fut né Picasso – Malaga- Andalousie ( 11 août 2015 )

2 commentaires

  1. Avatar

    Superbe lecture dans la vie d’un artiste que j’adore bravo mon ami Mohamed.

  2. Avatar

    Analyse très perspicace, cher Mohamed Salah Ben Amor, de ce grand artiste, Picasso! Il avait l’esprit si présent quand il a rétorqué sans hésitation à la question de l’ambassadeur nazi: ” « C’est vous qui avez fait cela ? » , il répond « Non c’est vous ! » , démontrant encore une fois que le génie artistique et l’engagement militant ne sont nullement contradictoires.”
    Toutes vos analyses me captivent énormément, cher ami!

Répondre à Thérèse Lepage Lachapelle-Bhatnagar Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*